Membra Jesus Nostri

 

Dominique Tille, direction

 

Dominique Tille a étudié la direction de chœur à Genève et Berlin, notamment avec Michel Corboz et Kai-Uwe Jirka. Il a créé le Chœur des jeunes de Lausanne et l'ensemble vocal féminin Callirhoé, deux ensembles dont il assure la direction artistique. Il dirige également les chœurs des Hautes Ecoles de Musique de Lausanne et de Berne et il est cofondateur et directeur de l'Académie Vocale de Suisse Romande. Intéressé par toutes les musiques chorales, ses projets s'inscrivent volontiers dans une démarche de découverte et d'échange.

Membre de la commission de musique de l'Union Suisse des Chorales et du Conseil suisse de la musique, professeur de direction dans le cadre de l'Association vaudoise des directeurs de chœur, il s'engage pour la formation et la promotion de l'art choral en Suisse.

 

 

Léonie Renaud, Soprano

 

Marie-Marthe Claivaz, Soprano

 

Simon Savoy, Contre-Ténor

 

Raphaël Favre, Ténor

 

Geoffroy Perruchoud, Basse

 

Véronique Carrot, continuo

 

Ensemble instrumental


 

Programme

 

Uģis Prauliņš Crucifixus

Uģis Prauliņš est né à Riga en Lettonie en 1957. Il a étudié à l'Ecole de Musique Emīls Dārziņš puis il se forme à la direction et la pédagogie musicale à l'Académie Lettonne de Musique où il étudie également la composition.

Uģis Prauliņš a également été actif dans des groupes de rock progressiste.

Le Crucifixus de Prauliņš est extrait de sa Missa Rigensis écrite et crée en 2002 à Riga

 

Dietrich Buxtehude Membra Jesu nostri

Membra Jesu nostri, "les membres de notre Jésus" (titre complet: Membra Jesu nostri patientis sanctissima humissima totius cordis devotione decantata), BuxWV75, est un cycle de sept cantates déplorant chacune l'une des plaies du Christ, dont le chiffre est symboliquement porté de cinq à sept. Les textes sont inspirés par un recueil médiéval de poésie spirituelle, la Rhythmica Oratio, alors attribuée à Bernard de Clairvaux, et en réalité due à un moine cisterciendu XIIIe siècle, Arnulf de Louvain. Les textes des deux blessures "ajoutées" par Buxtehude sont, pour Ad latus, un autre poème attribué à Saint Bernard, et pour Ad faciem, l'œuvre du prémontréHermann Joseph von Steinfeld. L'église luthérienne allemande apprécie en effet ces textes empreints de mysticisme, que celui-ci soit cistercien ou rhénan. Buxtehude n'en conserve que des extraits, et les introduit à chaque fois par une citation bibliquefaisant référence à la partie du corps concernée.

Les sept cantates de Membra Jesu nostri, dont on ne connaît pas la destination exacte, sont toutes divisées en six sections : une introduction instrumentale, puis un concert vocal pour cinq voix (trois seulement dans la cinquième et la sixième cantate), puis trois arias pour une ou troix voix, et pour finir la reprise du concert vocal. Seule la cantate finale, Ad faciem, dévie de ce modèle puisqu'elle s'achève, non par la reprise du concert, mais par un Amen final.

Antonio Lotti Crucifixus

La première partie de la vie d'Antonio Lotti se passe à Hanovre, où son père Matteo était maître de chapellede la Cour Électorale. Il reçoit également une éducation musicale à Venise auprès de Giovanni Legrenzi; il y exerce ensuite des fonctions à la basilique Saint-Marc, tout d'abord comme chanteur, puis comme assistant du second organiste avant de devenir le titulaire, enfin à partir de 1704comme premier organiste. Il devient par la suite (1736) Maître de Chapelle, position qu'il occupe jusqu'à sa mort. Il est aussi employé pour composer et enseigner à l'Ospedale degli Incurabilide cette même ville. Il obtient un congé en 1717pour se rendre à Dresdeauprès de l'Électeur de Saxe, où plusieurs de ses opérassont représentés. Il retourne à Venise en 1719et y demeure ensuite jusqu'à sa mort. Professeur recherché, il a eu parmi ses élèves Domenico Alberti, Benedetto Marcello, Baldassare Galuppiet Jan Dismas Zelenka.