Ensemble 17ème

 

ŒuvresFrescobaldi, Falconiero, Picchi, Ortitz, Riccio, de Salma,Gabrieli...

Musiciens:

-Cornet à bouquin: Robert Ischer, Josquin Piguet

-Sacqueboute: Fabien Dumonteil

-Orgue: Martine Raymond

-Chant: Elisa Luginbuel 

 

Biographies :

 

Martine Reymond : Elle est l'organiste du Temple St-Vincent de Montreux.Après un diplôme d'orgue au Conservatoire de Lausanne, elle obtient le Prix de virtuosité du Conservatoire de Genève.
Elle complète ensuite sa formation lors de divers stages internationaux auprès de Marie-Claire Alain, Ton Koopman, Michael Schneider et Giorgio Carnini. Elle acquiert également, au Centre de musique ancienne de Genève, la pratique des notations anciennes, ce qui lui permet d'aborder l'ensemble du répertoire à partir des sources originales.
Comme soliste, elle est l'invitée régulière de festivals européens, activité qu'elle complète, en Suisse, par sa participation à de nombreux ensembles vocaux et de musique de chambre comme claveciniste ou organiste.
A Montreux, elle est la responsable musicale de l'Asssociation des concerts St-Vincent, l'organisation de concerts qui anime la vie musicale organistique et vocale du temple.

  Elisa Luginbuel :

Elisa Luginbuehl commence une formation artistique variée dès son plus jeune âge.
Elle a eu l'occasion de travailler avec des chefs d'orchestre et metteurs de scène tels que:
Omar Porras dans la Flûte Enchantée de Mozart au Grand Théâtre de Genève, Elsa Rachel dans le Songe d'une nuit d'été de Britten au Théâtre du Jorat,
Ignacio Garcia et Mélanie Thiébaud dans le Petit Ramoneur de Britten au Théâtre Municipal de Lausanne.
Elle chante actuellement dans l'ensemble Les Vocalistes, dirigé par Henri Farge, au Conservatoire de Lausanne. Vocalement, elle a travaillé avec Christine Wolf pendant une année à Berlin, elle travaille depuis de nombreuses années avec Stéphanie Burkhard et débute maintenant des études de chant pré-professionnelles avec Evelyn Tubb à la Schola Cantorum Basiliensis de Bâle.

      Josquin Piguet : Né en 1992, il a commencé à l'âge de 7 ans l'apprentissage de la trompette pendant 10 ans avec Robert Ischer au concervatoire de Lausanne. Depuis 2010, il est entré dans la classe professionnelle d'Olivier Theurillat à l'HEMU de Lausanne. La découverte et la pratique des instruments"anciens" (trompette naturelle et cornet à bouquin) depuis 6 ans, lui ont permis d'élargir ses horizons musicaux et de réussir le concours d'entrée à la Schola Cantorum de Bâle.

   Robert Ischer: C’est très certainement les discussions quasi encyclopédiques sur la question avec Jean-Pierre Mathez, au Conservatoire de Lausanne, qui lui ont donné le virus de la connaissance des cuivres dans leur globalité artistique, historique et organologique.

Formé à la facture instrumentale, diplômé de trompette et prix de virtuosité, il s'est cultivé à la musique ancienne avec divers maîtres tels Ed Tarr pour la trompette baroque, Bruce Dickey et Jean-Pierre Canihac pour le cornet à bouquin. Au Centre de musique ancienne de Genève, il a acquis sa formation en notation ancienne dans les cours de Jean-Yves Haymoz, sous la direction de qui il a conduit une recherche sur l'œuvre instrumentale de Frescobaldi.

Robert Ischer enseigne la trompette classique, les trompettes anciennes (naturelle et à coulisse) et le cornet à bouquin au Conservatoire de Lausanne où il est Doyen des classes non-professionnelles de cuivre et de percussion. Il y est chargé de recherche pour la Haute école de musique où il est également professeur de didactique des cuivres. Comme soliste ou en ensemble, il participe à de nombreux concerts et enregistrements en Suisse et à l’étranger (Curtes Francæ à Brescia, Ensemble “L’Homme armé” à Florence, entre autres). À Vevey, il dirige une école de musique à but social.

Il s’adonne également à des travaux de réhabilitation d’œuvres anciennes pour des éditeurs suisses et étranger (Mareschal, Cesare, Bondioli, Cecchino, de Selma...) et poursuit des recherches thématiques autour du cornet et de la trompette naturelle.

   Fabien  Dumonteil: Originaire du Limousin (St-Junien, France), il obtient un diplôme de fin d’étude discipline trombone au conservatoire de Limoges (classe de Jean Jeudi). Par la suite il se perfectionne dans la classe de Jean Raffard au conservatoire de Boulogne-Billancourt (Paris). Après avoir obtenu un Diplôme d’Enseignement au CEFEDEM de Bourgogne, il continue ses études trombonistiques dans la classe de Michel Becquet à l’HEMU de Lausanne. De plus, il profite de la générosité de Robert Ischer pour découvrir et approfondir la musique propre à la sacqueboute.Il est professeur de trombone aux écoles de musique d'Ursy, Marly, Le Mouret, Belmont sur Lausanne, Forel.

 

Les instruments :

 

 

   Le cornet à bouquin vient d'une évolution de la simple corne d'appel auquel on a percé plusieurs trous. Par la suite, une embouchure fût ajoutée à la corne, d'où le nom de cornet à bouquin (bouche). Le corps de l'instrument est constitué de deux parties en bois assemblées d'une gaine en cuire permettant d'éviter les fuites.

Ce qui caractérise la sacqueboute, c'est l'invention d'une double coulisse au milieu du XVème siécle, permettant ainsi de bouger que cette dernière et non tout le corps de l'instrument comme les trompettes à coulisse de la même époque. Cet instrument à double coulisse connaîtra un succé durable, puisque c'est celui que nous connaissons de nos jours sous le nom de trombone.

Ces deux instruments inséparable l'un de l'autre, connaissent leur âge d'or à Venise au début du XVIIème siécle, sous l'impulsion de compositeurs tel que Giovanni Gabrieli, Claudio Monteverdi, Giovanni Castello, Giovanni Martin Cesare, Heinrich Schütz et bien d'autres...

Si ces instruments étaient appréciés de ces compositeurs, c'est sans nul doute grâce à leur sonorité qui se rapproche de celle de la voix, mais aussi par leur technique de jeu qui peut atteindre un niveau de virtuosité remarquable. C'est pour cela que les musiciens de l'époque jouants de ces instruments n'hésitaient pas à s'approprier toutes piéces interressantes; transcription d'oeuvres vocales ou adaptation de pièces pour autres instruments tel que le violon.

« L'ensemble 17ème » souhaite faire revivre ce riche répertoire avec la présence de la voix ainsi que de  l'orgue, dont chaque sonorité produite peut se marier avec celle du cornet et de la sacqueboute et procurer ainsi de multiple couleur qui ne peut laisser l'auditeur indifférent.